Un intérêt particulier pour les morts, d’Ann Granger

Chronique réalisée pour les Chroniques de l’Imaginaire

Voici le premier volet d’une nouvelle série de quatre polars qui ravira les amoureux de Londres, de l’époque victorienne ou tout simplement des polars historiques.

Lizzie Martin est la fille d’un médecin de campagne anglais qui s’est consacré sans compter à ses malades et à aider les nécessiteux de sa région. Il meurt en laissant sa fille de vingt neuf ans sur la paille, elle doit vendre sa maison pour payer les dettes de son père. Elle cherche un emploi et la femme de son défunt parrain, une riche veuve de Londres lui propose un poste de gouvernante et dame de compagnie.

Après un voyage chaotique, le jeune femme arrive dans un Londres en pleine modernisation. En passant devant ce qui deviendra plus tard la gare de St Pancras, mais qui n’est alors qu’un chantier de démolition de vielles maisons, elle voit qu’on retire un cadavre des gravats. Elle apprend par la suite qu’il s’agit du corps de Madeleine, la jeune fille qui l’a précédée comme gouvernante et qui s’est enfuie avec un inconnu deux mois auparavant. Lizzie se passionne pour ce fait divers et mène une enquête pour démasquer son assassin.

Elle est aidée par Ben Ross, un ami d’enfance devenu inspecteur à Scotland Yard. Il est très pauvre et passionné par son métier. Le roman alterne le point de vue de Lizzie et celui de Ben, ils enquêtent dans une ville de Londres de 1864 en pleine transformation sociale et technologique. Ils sont sympathiques tous les deux et forment un couple très bien assorti. Les personnages secondaires sont aussi très sympathiques et nous permettent à la fois d’avancer dans l’enquête petit à petit et de mieux comprendre l’époque victorienne.

Un des points forts de ce livre est la description de la condition féminine à ce moment. Les femmes sont priées de rester à la maison et leur principale ambition est de trouver un bon parti ou un emploi digne quand il s’agit de vieille fille comme Lizzie. Si elles sortent de ce moule conventionnel, elles doivent se montrer discrète. Une hypocrisie certaine règne sur cette société. Lizzie est en avance sur son temps, n’a pas la langue dans sa poche, bref, n’a rien à voir avec ses contemporaines qui s’évanouissaient en voyant une souris.

L’époque victorienne est bien restituée et représente plus qu’un simple décor dans le roman. L’intrigue policière est bien ficelée et riche en rebondissements, même si elle n’est pas très originale. En tout cas, on ne s’ennuie pas une minute dans ce polar où l’humour ne manque pas. Quant à la couverture du livre, elle est très classe, ce qui ne gâche rien.

Un intérêt particulier pour les morts

Publicités

2 réflexions sur “Un intérêt particulier pour les morts, d’Ann Granger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s