Les joyaux du paradis, de Donna Leon

Chronique réalisée pour les chroniques de l’Imaginaire

Donna Leon a délaissé son héros, le commissaire Brunetti le temps de ce polar historique. Le résultat est hélas peu convaincant pour les fans du commissaire. L’auteure est passionnée de musique baroque et elle désirait faire connaître le compositeur Agostino Steffani (1654-1728), tout comme Cecillia Bartoli, qui lui a consacré un disque tandis que Donna Leon en  a fait un héros de polar. Ceci est une excellente initiative de ces deux artistes et c’est très dommage que le livre ne soit pas aussi bon que ceux consacrés au commissaire Brunetti, dont les supporters risquent d’être bien déçus.

L’héroïne du livre est Caterina Pellegrnini, une musicologue et chercheuse vénitienne, chargée par un avocat charmant de retrouver le testament du compositeur Steffani. Caterina nous parle de sa famille et en particulier de sa soeur, une chercheuse qui a pris le voile et qui va l’aider dans cette enqête.

Le testament, s’il existe, se trouve dans deux vieilles malles du dix-septième siècle, jamais ouvertes depuis et qui viennent de réapparaître. Il s’agit d’une intrigue de bibliothèque, Caterina étant chargée de déchiffrer ces vieux papiers consacrés au compositeur, nous suivons ses recherches.

Steffani n’était pas seulement compositeur, mais aussi évêque diplomate. Il s’était donné pour mission de ramener les princes protestants au catholicisme. Il vit en Allemagne de 1667 à 1728 et trempe dans le meurtre d’un prince allemand, Caterina enquête sur ce point, entre autre.

Ce livre n’est pas désagréable à lire en soi, et de loin pas. Il est même plutôt plaisant. Mais il souffre cruellement de la comparaison avec les polars mettant en scène le commissaire Brunetti. Ici les personnages sont assez plats et il se dégage une impression d’inachevé, ou que l’auteure aurait pu faire mieux.

C’est un roman, vite lu et sans doute vite oublié qui ne tient pas ses promesses. Vivement la nouvelle enquête de Brunetti!

Les joyaux du paradis

Publicités

3 réflexions sur “Les joyaux du paradis, de Donna Leon

  1. Et bien, j’ai Brunetti dans ma PAL, mais après avoir vu les épisodes à la télé, je ne vais pas les lire de suite, je me souviens encore des meurtriers… 😀

    Là, je pensais que c’était un nouveau Brunetti, mais las, il n’en est rien. Je passerai mon tour, je ne cherche pas des romans « vote lu vite oublié », quand on prend goût aux autres, on veut toujours être épatée 😉

    Merci de la chronique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s