Organes vitaux, d’Elsebeth Egholm

Chronique réalisée pour les Chroniques de l’Imaginaire

Nous retrouvons la journaliste Dicte Svendsen devenue rédactrice en chef  et son ami Bo toujours photographe dans le même journal. La tranquille ville d’Arhus nous réserve de nouvelles mauvaises surprises après les exécutions à la mode Al-Qaïda.

Le corps d’une jeune femme est retrouvé sur le parking du stade municipal, elle a été battue à mort avec une grande sauvagerie à l’aide d’ un tuyau en pvc. L’affaire est confiée à l’inspecteur John Wagner, qui est aussi un ami de Dicte. Cette dernière est prévenue par Bo et arrive rapidement sur place. Elle interroge la petite fille de dix ans qui a trouvé le corps et celle-ci lui montre la vidéo qu’elle a tourné avec son téléphone, ce qu’elle n’a pas dit aux policiers.

Sur le film, derrière le corps mutilé de la victime on voit apparaître un pied chaussé de botte. Un autre affaire secoue la ville, un homme mystérieux traque les femmes dans les bars et les boites de nuit pour trouver des partenaires plus ou moins consentantes pour ses jeux sado-maso. Est-ce une coïncidence ou s’agit-il du même homme ? Est-ce un jeu sexuel qui a mal tourné ou y a t’il un criminel plus dangereux encore derrière ce meurtre ? L’enquête de la police peine à avancer, les rapports entre forces de l’ordre et presse sont loin d’âtre au beau fixe, journalistes et policiers semblant même s’affronter dans une course contre la montre pour résoudre tous ces mystères.

Dicte et Bo retrouvent la trace de deux crimes semblables qui n’ont pas été résolus en Pologne et au Kosovo. Comme dans son enquête précédente, Dicte semble être liée à l’assassin et surtout avoir de nombreux secrets à cacher, son passé semble bien obscur. On fait pression sur elle et un détenu la contacte. Il prétend détenir des informations capitales sur ces meurtres et lui propose un échange. C’est un chantage subtil et Dicte ne sait plus comment réagir.

C’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé ces personnages, ces polars nordiques sont vraiment fantastiques. On est à des années-lumières de l’univers très soft et aseptisé de certains polars américains. On est dans un monde noir et violent, les crimes sont barbares et sanglants, on est plongé dans le mauvais côté de nos sociétés, celui qu’on préfère ignorer. Les personnages principaux du livres ont aussi une épaisseur qui les rend bien vivants. L’intrigue est tout à fait passionnante et on est tout de suite pris par l’histoire. En même temps, Dicte et Bo ont des soucis familiaux, des obligations diverses. On a l’impression de côtoyer des vraies gens, de se déplacer dans de vrais lieux et c’est ce qui fait tout le charme de ces polars venus du froid. La construction du roman est très classique, le puzzle se met en place peu à peu.

C’est vraiment un excellent thriller à ne pas manquer. Je suis déjà très impatiente de découvrir le troisième opus de la série qui vient de sortir en grand format.

Organes vitaux

Publicités

Une réflexion sur “Organes vitaux, d’Elsebeth Egholm

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s