La méthode du crocodile, de Maurizio De Giovanni

Chronique réalisée pour les Chroniques de l’Imaginaire

A quarante-cinq ans, l’inspecteur Giuseppe Lojacono, dit Peppucio est un homme brisé. Il est Sicilien et menait une carrière heureuse dans la brigade mobile d’Agrigente, jusqu’à ce qu’un maffieux repenti l’accuse d’avoir transmis des informations importantes à l’organisation. Sa famille a immédiatement été envoyée en sécurité à Palerme et lui à Naples dans un petit commissariat. Il n’y avait aucune preuve de son implication, mais ses chefs lui inflige une sanction disciplinaire : Il est affecté au bureau des plaintes et on lui interdit de participer à la moindre enquête. Il passe donc ses journées à jouer sur son ordinateur dans un bureau désert tandis que sa famille se désagrège. Même à la fin du livre on ne saura pas si Lojacono a vraiment collaboré avec la mafia ou s’il est victime d’une accusation mensongère.

Une nuit alors qu’il est de garde, il est appelé sur les lieux d’un crime : un jeune a été abattu d’une balle dans la tête. Il collecte les premiers renseignements et les transmets à Laura Piras, l’assistante du procureur. L’arme utilisée est banale et peu précise. Pour Peppucio cela exclut la mafia, mais le lendemain, son chef lui retire l’enquête et le renvoie se morfondre devant son ordinateur. Le jeune était un dealer et pour le commissaire il ne peut s’agir que d’un règlement de compte entre criminels.

Une semaine après deux autres jeunes sans histoire sont tués de la même façon, on retrouve aussi auprès d’eux un mouchoir imbibé de larmes. La presse s’empare de l’affaire et baptise le tueur « le crocodile », la police n’avance pas, la piste mafieuse ne mène nulle part et finalement on confie quand même l’affaire à Peppucio sur l’insistance de Laura. L’inspecteur sait que le tueur est comme un crocodile, non pas à cause des mouchoirs plein de larmes, mais par sa façon de traquer ses proies caché au fond du marécage. Il veut se racheter aux yeux de ses chefs, retrouver sa dignité de policier et se lance dans une traque implacable de cet assassin mystérieux.

C’est un polar vraiment passionnant et prenant, un de ces livres qu’on n’a pas envie de lâcher. On n’est pas du tout dans Naples version touristique avec du soleil et la mer. Non c’est une ville froide, pluvieuse, les gens sont tristes et indifférents les uns aux autres, le mal rôde, insaisissable. Une vraie ambiance de roman noir. Les personnages principaux sont attachants et intéressants. Le style est très dynamique aussi, le livre étant découpé en brefs chapitres qui donnent la parole aux différents personnages à tour de rôle.

J’ai vraiment beaucoup aimé cet inspecteur si triste et pourtant déterminé à sortir la tête de l’eau, cette ambiance glauque, la façon dont l’intrigue progresse. J’ai tout aimé dans ce livre et je le recommande chaleureusement.

la méthode

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Polar. Bookmarquez ce permalien.

3 réflexions sur “La méthode du crocodile, de Maurizio De Giovanni

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s