Face au mal, de Bill Loehfelm

Chronique réalisée pour Les chroniques de l’Imaginaire

Maureen est serveuse dans un bar ouvert la nuit. Au début c’était pour payer ses études, mais elle a vite été happée par son travail et l’univers de la nuit. A vingt-neuf ans, elle a l’impression de ne rien avoir fait de sa vie et de n’avoir pas d’autres perspectives d’avenir et de travail. Elle boit pas mal d’alcool, fume et consomme de la cocaïne. Elle accepte de remplacer une collègue un soir. C’est l’effervescence, car dans la salle au-dessus du bar se tient une soirée de récolte de fonds pour la campagne de Frank Sebastian, candidat au Sénat de l’Etat de New Vork. Maureen boit trop et va se reposer après son service dans le bureau de Dennis le manager. Elle se réveille au mauvais moment et voit son chef faire une fellation à Sebastian. Maureen s’en fiche éperdument, ce n’est pas la première scène de sexe à laquelle elle assiste dans ce bar, mais Sebastian craint qu’elle ne veuille se servir de cette information pour briser sa carrière. Il lui offre de l’argent, mais elle refuse et l’assure de son désintérêt pour sa vie sexuelle.

Quand elle arrive chez elle au petit jour, sa porte a été forcée et son appartement visité. Elle va se réfugier chez son voisin John qui était aussi son ancien patron dans un autre bar. Quelques heures après, on retrouve le corps de Dennis sur les rails de métro tandis que Sebastian continue à intimider la jeune femme.

Avec l’aide de John, sa compagne Molly  et un inspecteur du NYDP proche de la retraite, Nat Waters, Maureen se bat contre Sebastian, le politicien corrompu.

Je ne sais pas si ce scénario paraît intéressant, mais ce thriller est une suite ininterrompue de clichés éculés sur le polar new-yorkais, on n’en rate pas un : Staten Island est présenté comme une sorte de zone peuplée de paumés en tous genres entre décharge et cimetière de bateaux, à tel point que j’ai dû faire une recherche internet pour me documenter sur ce quartier qui semble être tout à fait honorable. Sebastian est un monstre qui sévit depuis plus de vingt ans sur tous les trafics et crimes de la ville sans jamais se faire prendre, mais c’était sans compter sur Maureen, pauvre fille d’origine irlandaise traumatisée par le fait que son père l’ait abandonnée ainsi que sa mère vingt ans plus tôt, d’ailleurs elle a encore besoin de sa veilleuse en forme de coccinelle pour pouvoir s’endormir. Quant à la mère, elle a bien sûr cumulé deux boulots en picolant un max pour élever son ingrate de fille. Waters est épuisé, surchargé et bien sûr aussi abandonné par sa femme et ses fils depuis trente ans, ils ne peuvent que tomber amoureux l’un de l’autre…

Les personnages sont complètement caricaturaux et les dialogues bien creux, on n’arrive même pas à s’attacher à Maureen tant elle paraît en dehors de toute réalité et plausibilité.

Le seul intérêt de ce roman est sociologique: on peut y étudier tous les clichés et stéréotypes relatifs au polar et à New York. Mais en tant que thriller c’est ennuyant au dernier degré et plutôt pathétique.

Face au mal

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Face au mal, de Bill Loehfelm

      • Plusieurs arbres, même… et c’est même pas un torchon sur lequel on pourra s’essuyer les pieds !

        Je me demande parfois… celui qui choisit les romans à éditer l’a-t-il lu ? Aimé ?? Ou alors, c’est juste toi qui a un soucis avec le roman… parce que éditer un torchon, où est la raison commerciale ???

  1. Je pense qu’à force de lire des polars et de les analyser d’un oeil critique, on repère tout de suite leurs défauts et les clichés récurrents, mais des lecteurs moins avertis peuvent aimer. surtout les lectrices de Mary Higgins Clark et Cie. A l’origine c’était une avant première de France Loisirs, mais je ne comprends pas pourquoi il a été publié en poche dans la prestigieuse collection 10 18 qui nous avait habitué à nettement mieux, Pocket aurait largement suffi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s